Salmir Saladjinn

De WikiGargillon


Les informations issues de personnages sont recueillies des mémoires, journaux, et interviews auprès de personnes fiables. Ces informations ne peuvent être prises à elles seules comme une réalité historique.
Salmir
Salmir lors de l'appel de Kahn-Brava en Tamendil, 1137
Nom de naissance : Salmir Saladjinn
Alias :
Naissance : 1110
Statut : En vie
Activité(s) principale(s) : Mage télékinésiste
Membre du conseil des Mages de Trost

Biographie

Salmir siégeait au prestigieux conseil des mages, la plus puissante organisation humaine de magie. Il était le plus jeune mage de l’histoire à être rentré dans ce cercle très fermé, réservé aux plus puissants archimages de la ville. Salmir était télékinésiste pour une raison simple : c’était l’une des manières les plus pures d’utiliser son énergie cognitive, et donc l’une avec le moins de déperdition de puissance.

Il est un des rares rescapés du conseil des mages de Trost, dont la plupart des membres ont péri dans un attentat à la bombe, faisant exploser la tour du conseil, et marquant le début de la guerre de Perrasie.

Il est devenu une figure récurrente des événements qui ont bousculé la vallée de Tamendil entre 1136 et 1137, présent sur place à trois reprises. Spécialisé dans l'étude des sources de magie actives, il a joué un rôle prépondérant pour enfermer Ombral et Xélès, et a aidé à combattre Fredalgara lors de l'appel de Tamendil.

Mentions

Extraits de journal de Cérès, mentor de Salmir et maître du conseil des mages, à son sujet :

Mémoires de Cerès, maître du Conseil des Mages de Trost, le 24 Avril 1112

 Ce matin, peu avant que midi n’ait sonné, on m’amena un jeune garçon. Les messagers disaient qu’on le leur avait confié bien aux confins du sud, dans le désert de Khaari, afin qu’il soit présenté à la tour des mages.
 Il semble avoir moins de 6 ans. Ce garçon me trouble, pas seulement à cause de son regard, mais aussi par ce qu’on m’a dit savoir sur lui ; ses parents ont tout fait pour le protéger de lui même et des gens de son village, peu habitués à la manifestation de la magie -qui l’est réellement, à par à Trost? -, mais il semblait prendre plaisir a effrayer les autres enfants en faisant léviter des objets par dessus leur têtes, m’a t’on dit. La nature humaine est ainsi faite qu’a un être rejeté s’offrira plusieurs choix afin de se prémunir de l’autre : la fuite ou la confrontation ; il semblerait que l’enfant ait facilement choisi la deuxième option, a moins qu’il y ait été poussé ?
 Ne pouvant vraisemblablement plus assumer d’être les géniteurs d’un tel être, et cédant sous la pression de leurs voisins apeurés, ils laissèrent l’enfant a un relais de caravaniers, avec en tout et pour seul bien un peu d’argent et une lettre, mentionnant ce que j’avais déjà appris des voyageurs. Elle renseignait aussi son nom : Salmir.
 Une telle arrivée est relativement peu courante au sein de la Tour ; bien souvent ce sont de grandes familles qui confient a nos soins leurs enfants, désireuses de pouvoir compter un mage dans leur arbre généalogique, et ce même si le rejeton ne possède aucune prédisposition. Il est ainsi rare que par ce procédé le nouvel élève développe la moindre capacité ; il faut une réelle volonté pour y parvenir. Il est encore plus rare que ces dons se manifestent d’eux même.
 Cet enfant est promis a un grand avenir, qu’il provoque le mal ou décide de faire le bien.

Mémoires de Cérès, le 30 Juillet 1125

 Le garçon a grandi, il est à présent un jeune homme de 15 ans, toujours aussi sombre et pensif. Il a fait montre ces dernières années d’un don prodigieux pour l’étude de la magie et sa pratique, et rare sont les fois ou je ne le crois pas plongé dans l’étude d’un épais grimoire, ou dessinant des pentacles pour s’exercer. C’est un garçon très appliqué. Malgré tout, je suis inquiet pour lui. Depuis son arrivée il y a maintenant presque dix ans, il ne semble pas avoir noué le moindre lien avec les autres élèves, et s’applique a garder a distance toute relation qui ne lui soit profitable, a savoir n’ayant pas trait a la magie et son étude. Les seules personnes a qui il adresse la parole sont ses professeurs, qu’il presse bien souvent de questions à la fin des cours. Je ne le vois que très rarement quitter l’Académie pour aller faire un tour en ville, une activité bien courantes parmi les élèves de son age ; ils sont désireux de découvrir le monde et de trouver de multiples moyens d’aider les citadins dans leur vie de tous les jours. Malgré tout cela, il y a bien longtemps que je n’avais pas vu un élève aussi brillant, et je suis heureux de constater l’absence « d’incident » provoqué par lui, si courant pourtant chez les jeunes étudiants désireux de tester leurs limites.

mémoires de Cérès, 27 septembre 1131

  Aujourd’hui, j’ai présidé la cérémonie d’intronisation de Salmir au sein du conseil des mages. (A présent Salmir Saladjinn, un nom qu’il s’est choisi il y a quelques années, et qui connote dans sa langue natale une bien sombre nature) Il est à vingt-et-un ans le plus jeune mage à avoir jamais siégé au conseil de la ville. Je me doutais bien qu’en arrivant ici il accomplirait de grandes choses, et le voir ainsi revêtir la longue robe rehaussée de broderies d’or (qu’il a choisie noire) symbole de notre rang, a été pour moi une grande satisfaction.
 D’ailleurs, même si cela signifie la complétude de ses études et l’entrée en tant que professeur, il m’a très clairement signifié ne pas vouloir donner de cours, et qu’il choisira avec grande minutie les quelques élus qui pourraient compter au nombre de ses élèves. Le connaissant, ça ne m’a pas surpris plus que ça, mais je suis tout de même déçu ; qu’un mage aussi brillant ne veuille enseigner est pour moi un réel gâchis. Malgré tout je me console en me disant que son insatiable volonté de savoir et sa connaissance approfondie des grimoires de la bibliothèque ne pourront que faire avancer la recherche en magie, si toutefois il était enclin à partager ses découvertes de savoirs très certainement oubliés.

Autres mentions